22
Avril
2022
|
08:29
Europe/Amsterdam

YVR devient la première organisation au Canada à renouveler sa certification Salmon-Safe

En collaboration avec les Musqueam, l’aéroport international de Vancouver continue d’améliorer l’habitat de nombreuses espèces vivant sur Sea Island et de protéger l’écosystème de la région en mettant en œuvre des mesures qui l’aideront également à devenir l’aéroport le plus écologique au monde.

L’aéroport international de Vancouver (YVR), le premier aéroport en Amérique du Nord à avoir obtenu la certification Salmon-Safe (sécuritaire pour les saumons), est devenu aujourd’hui la première organisation canadienne à renouveler sa certification pour une autre période de cinq ans. Ce renouvellement reconnaît les efforts continus et l’engagement dont fait preuve YVR afin de veiller à ce que ses pratiques de gestion des terres et des eaux protègent la qualité de l’eau du fleuve Fraser, améliorent l’habitat du saumon du Pacifique et contribuent à un avenir plus vert.

« À YVR, notre tradition de durabilité remonte à loin. Nous sommes fiers d’être à l’avant-garde de la création d’un avenir plus vert et plus résilient pour l’aviation ainsi que pour la communauté, confie Marion Town, directrice du service Climat et environnement de l’Administration de l’aéroport de Vancouver. Le Plan de gestion environnementale de YVR indique clairement l’intention de la société de réduire l’incidence de ses activités sur l’environnement, et le renouvellement de la certification Salmon-Safe constitue une autre étape importante de notre cheminement en vue d’atteindre nos ambitieux objectifs. »

Le programme de certification Salmon-Safe propre à l’emplacement reconnaît les pratiques de gestion des terres et de l’eau progressistes et écologiques. La Fondation du saumon du Pacifique et le Conseil du bassin du Fraser gèrent conjointement le programme Salmon-Safe en Colombie-Britannique, en partenariat avec Salmon-Safe Inc., à Portland. Lorsqu’elle a obtenu la certification pour la première fois en 2016, YVR devait satisfaire à 10 conditions pour respecter les normes Salmon-Safe, et a dû notamment modifier certaines de ses pratiques afin de protéger la qualité de l’eau et la vie aquatique des pesticides nocifs, mettre en œuvre un plan exhaustif de gestion des eaux pluviales, réduire la consommation d’eau sur l’ensemble de son site et veiller à ce que les futures activités de construction n’entraînent aucun écoulement des sédiments.

« En obtenant une nouvelle fois la certification Salmon-Safe BC, YVR démontre qu’il est déterminé à réduire au minimum l’incidence de ses opérations aéroportuaires sur le fleuve Fraser, sur l’estuaire du fleuve et sur les écosystèmes marins et à assurer l’avenir du saumon du Pacifique, ajoute David Marshall, directeur général du Conseil du bassin du Fraser. YVR est devenu le premier aéroport à obtenir la certification Salmon-Safe en 2016. Deux autres aéroports aux États-Unis l’ont par la suite obtenue. Nous voulons que cette tendance se poursuive dans le secteur du transport et que d’autres sites reçoivent cette certification. Toutes les entreprises peuvent contribuer à changer la donne en adoptant de meilleures pratiques de gestion des terres et de l’eau. »

Il est également important de mentionner que le processus de renouvellement de la certification d’YVR tenait compte pour la première fois de l’intégration du savoir autochtone aux pratiques environnementales. L’équipe du programme avait d’ailleurs pris soin de sélectionner un évaluateur autochtone afin d’analyser cette composante. Les évaluateurs autochtones fournissent des connaissances et des perspectives historiques sur l’intendance environnementale dans une optique de réconciliation qui améliore et approfondit les possibilités d’apprentissage. Pour YVR, il s’agit d’une autre occasion de collaborer avec les Musqueam afin d’assurer un avenir durable et mutuellement avantageux pour la région par l’entremise de l’Accord sur la durabilité et l’amitié qu’elle a signé avec les Musqueam. Le renouvellement de la certification prouve non seulement que YVR respecte les conditions du programme Salmon-Safe, mais qu’elle est reconnaissante d’avoir le privilège de profiter des connaissances et des expériences des peuples autochtones de la Colombie-Britannique et d’avoir une meilleure compréhension de l’importance culturelle du saumon.

YVR réfléchit déjà à sa deuxième période de renouvellement de certification, qui comptera huit nouvelles conditions pour les cinq prochaines années et qui engagera YVR à continuer à améliorer ses pratiques écologiques de gestion des terres et de l’eau. Dans le cadre de son plan de gestion environnementale global, YVR a également récemment présenté sa feuille de route pour avoir nette zéro émission de carbone d’ici 2030 et fait part de son ambition de devenir l’un des aéroports les plus écologiques au monde. Pour y parvenir, YVR passera l’année à mettre en œuvre des projets d’efficacité énergétique, y compris des projets de modernisation de l’éclairage dans l’aérogare, à maintenir sa neutralité carbone et à encourager la mise en œuvre des carburants d’aviation durables dans le cadre de son projet BioPortYVR et de sa participation au C-SAF.

Visitez la page YVR.ca/Environment pour obtenir de plus amples renseignements sur l’approche et les priorités en matière de changements climatiques et de protection de l’environnement d’YVR.