21
Juin
2022
|
11:16
Europe/Amsterdam

Plus qu’un banc commémoratif

Récemment, YVR a découvert que certains des bancs commémoratifs situés le long du côté sud de l’aéroport, près de la digue de la rivière, montraient des signes de vieillissement. Lorsque notre équipe d’entretien a commencé à communiquer avec les familles associées à des bancs commémoratifs, elle a rapidement appris qu’il ne s’agissait pas de bancs ordinaires. Ce fut un rappel que la communauté de Sea Island que nous servons est bien plus que nos seuls précieux passagers et employés. Cela concerne toute notre collectivité. Et c’est une des grandes raisons pour lesquelles YVR existe pour servir notre communauté et l’économie qui la soutient.

Voici l’histoire de l’incroyable équipe de maintenance d’YVR et de la façon dont elle s’est surpassée pour les familles qui ont perdu des êtres chers.

Avant de mettre en œuvre le plan de YVR visant à restaurer les bancs commémoratifs, YVR a communiqué avec les familles pour discuter de la proposition. À la suite de ces conversations, nous avons appris l’histoire d’un commandant à la retraite des Lignes aériennes Canadien Pacifique (CPA), Jack Rennie.

Jack a commencé sa carrière comme mécanicien d’avion en 1938 avant de devenir pilote de brousse, et s’est retrouvé coincé dans le Grand Nord avec son équipage à quelques reprises. Leur avion a déjà pris feu alors qu’ils se rendaient à la mine Eldorado, dans les Territoires du Nord-Ouest. Heureusement, Jack et son équipage ont réussi à s’échapper avant que les munitions qu’ils transportaient n’explosent. Ils ont survécu pendant neuf jours dans des conditions météorologiques rudes, la température variant de -50 °C à -40 °C, avant qu’un avion de brousse ne vienne à leur rescousse.

Jack a ensuite été pilote pour CPA lorsque Grant McConachie a fondé la compagnie aérienne en 1942, et a pris sa retraite en 1975.

Son fils, John, raconte maintenant son histoire et relate avec affection les souvenirs que son père lui a racontés. Nos projets de développement d’il y a 50 ans étaient encore frais dans l’esprit de John et cela nous a rappelé une fois de plus l’incidence à long terme de YVR sur les personnes et les collectivités.

Quand YVR a invité John à venir fixer le dernier morceau du banc de Jack, il s’est joint à nous en portant le vieux costume de vol de son père et avec tous les souvenirs nécessaires pour transmettre les histoires qu’il avait racontées.

Ce fut un moment magique qui nous a rappelé ce dont notre communauté a besoin et ce qu’elle attend de nous. Ce fut un rappel que nous sommes plus qu’un simple aéroport.

Le programme des bancs commémoratifs de YVR n’accepte pas actuellement de nouvelles demandes.